La Récolte douce des larmes

Un texte qui s’engage à dénoncer l’injustice doit-il être lu et apprécié selon des critères littéraires ? Si oui, La Récolte douce des larmes – conventionnel, sentimental, faussement poétique – est un roman à oublier. En revanche, si l’on considère ce qu’il dénonce, gardons-le précieusement.

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Un texte qui s’engage à dénoncer l’injustice doit-il être lu et apprécié selon des critères littéraires ? Si oui, La Récolte douce des larmes – conventionnel, sentimental, faussement poétique – est un roman à oublier. En revanche, si l’on considère ce qu’il dénonce, gardons-le précieusement.

1937. Saint-Domingue n’a plus besoin de ses immigrés haïtiens et décide de s’en débarrasser. Les massacres s’enchaînent alors, tous plus véridiques les uns que les autres puisque l’auteur a travaillé à partir de documents historiques. Résignés, les Haïtiens humiliés acceptent d’être tués ou chassés : « Quand tu restes trop longtemps chez ton voisin, il est naturel qu’il se fatigue de toi et qu’il te haïsse. »

Tout, dans ce roman, est propre à faire hurler tant les scènes et les dialogues représentent bien des politiques actuelles d’immigration. Il fallait et il faudra continuer de l’écrire : l’injustice n’a ni couleur ni territoire ni époque privilégiés. « La ruine des pauvres, c’est leur pauvreté. » –Isabelle Rossignol

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La Récolte douce des larmes”